28/06/2022

Katya:jeunefillede16ansdeMarioupol

Je m’appelle Katya. J’ai 16 ans. Mon frère et moi avons réussi à évacuer Marioupol. Voici mon histoire. Je veux que vous l’entendiez.

Nous allions aux toilettes, dormions et mangions les restes dans une cave. Un jour, l’oncle Kolya a attrapé un pigeon, et nous l’avons rôti et mangé. Et ensuite nous avons tous vomi.

Quand notre voisine est morte et qu’on n’a pas pu la sortir dehors, elle a commencé à sentir. Quand le silence est venu, l’oncle Kolya l’a sortie dehors et a sauté sur le fil de déclenchement attaché à un engin explosif. Maman a beaucoup pleuré. Après la mort de notre père, l’oncle Kolya était la personne la plus proche pour nous.

Vous connaissez ce sentiment quand ça fait mal ? Une fois, je suis tombée amoureuse d’un garçon, mais il ne m’a pas aimée en retour, et j’ai pensé que ça faisait mal. Mais il s’est avéré que ça fait mal de voir sa mère mourir sous tes yeux. Et ton frère s’approche sans cesse d’elle et lui dit : « Maman, ne dors pas, tu vas geler ». Et nous n’irons jamais sur sa tombe. Elle est restée dans l’humidité et l’obscurité.

J’ai dit à mon frère qu’elle dormait profondément et qu’il ne fallait pas la réveiller. Mais il semblait comprendre… les cadavres puent tellement. Il y en avait partout. J’ai couvert les yeux de mon frère avec le foulard de ma mère pour qu’il ne voie pas ça. Pendant que nous courions, j’ai failli vomir plusieurs fois.

Mon propre oncle est là-bas, en Russie. Vous savez ce qu’il m’a dit par téléphone aujourd’hui ? « Katya ? Qui est Katya ? La fille, je ne te connais pas. Quelle guerre, quelle Katya ?» Et puis il a écrit depuis un autre numéro. « Katya, ne m’écris pas. C’est dangereux pour moi et ma famille. Et maman, on ne la ramènera pas. »

C’est aussi effrayant quand les enfants pleurent, mais tu ne peux pas. Ils ne doivent pas t’entendre pleurer… Prenez vos enfants dans vos bras ! Sinon, tu seras parti, et ils ne se souviendront pas de ton odeur. Si je survis et que j’ai des enfants, je les étreindrai nuit et jour.

C’EST UN RÉCIT DE SURVIE. MAIS DES MILLIERS D’UKRAINIENS NE POURRONT PAS RACONTER LEURS HISTOIRES – LES RUSSES LES ONT TUÉS. RÉPANDEZ LA VÉRITÉ. AIDEZ-NOUS À TRADUIRE LA RUSSIE EN JUSTICE POUR AVOIR COMMIS DES CRIMES DE GUERRE.

*Toutes les histoires sont réelles et proviennent d’entretiens, de récits, d’enregistrements et de blogs personnels.
Le récit original en UA est ici.

Other survivors' stories