29/06/2022

Captivité.C’estunehistoirede5civilsquiontétémaintenusencaptivitéparlesenvahisseursrussespendant15jours.

Cinq soldats russes sont venus chez moi. Ils ont trouvé un uniforme militaire. C’était celui de mon frère. Il a servi dans l’armée en tant qu’appelé et l’a gardé.

Ils m’ont fait sortir et m’ont fait asseoir sur un banc :
– Tu es observateur d’artillerie !
– Je ne le suis pas. Même si je l’étais, c’est ma terre.

Ils m’ont tiré au fusil sur la jambe. Deux fois. Sans sommation.

Ils nous ont amenés tous les cinq sur la route, les yeux bandés et les bras attachés. Ils nous ont ordonné de nous allonger sur le sol. C’est ainsi que nous avons passé les 15 jours suivants, qu’il neigeait ou qu’il pleuvait. Il faisait -10°C dehors à l’époque.

Nous devions rester immobiles sur le sol, avec une mitrailleuse pointée sur nous.
Le tireur nous a dit :
– Toute tentative d’évasion, et je tire sans sommation.

Il y avait beaucoup d’autres soldats russes qui se déplaçaient.
– Pourquoi sont-ils encore en vie ? Pendons ou enterrons-les.

De plus, ils nous battaient constamment. Partout.
– On peut vous tuer ou libérer. 

Un jour, ils ont traîné le corps d’un homme mort et l’ont jeté près de nous. Le cadavre est resté là pendant une semaine. Une fois, un soldat russe ivre est venu et a dit :
– Je vais rapprocher le cadavre et le mettre entre vous pour que vous puissiez dormir au chaud la nuit.

Une semaine plus tard, quelqu’un est arrivé et a dit : Vous devez enterrer.
– Enterrer qui ? Nous-mêmes ?

Le soldat a ri et a dit que nous devions enterrer le cadavre. À l’aide de quelques haillons, nous avons traîné le mort et l’avons enterré. J’ai remarqué que sa jambe gauche présentait un trou de balle. Il avait été torturé lui aussi.

En mars, lorsque les forces russes ont commencé à se retirer, les hommes ont réussi à s’enfuir. C’est ainsi qu’ils sont restés vivants. Le corps de l’homme mort a été exhumé en mai. Il a été identifié comme étant celui d’un habitant d’un village voisin, âgé de 55 ans, qui a également été saisi à son domicile par les soldats russes.

Une autopsie a révélé qu’avant d’être tué, l’homme a été sévèrement battu et a reçu des balles dans les deux jambes. Il a reçu une balle dans la tête, soit de dos, soit alors qu’il était allongé. Le tir a été effectué de très près.

Un autre soldat russe ivre nous a dit exactement la même chose : que nous déterrerions depuis longtemps des corps qu’ils avaient laissés derrière eux.

C’EST UN RÉCIT DE SURVIE. MAIS DES MILLIERS D’UKRAINIENS NE POURRONT PAS RACONTER LEURS HISTOIRES – LES RUSSES LES ONT TUÉS. RÉPANDEZ LA VÉRITÉ. AIDEZ-NOUS À TRADUIRE LA RUSSIE EN JUSTICE POUR AVOIR COMMIS DES CRIMES DE GUERRE.

*Toutes les histoires sont réelles et proviennent d’entretiens, de récits, d’enregistrements et de blogs personnels.
Le récit original en UA de Radio Liberty est ici.

Other survivors' stories