Le coiffeur de la capitale Volodymyr continue à travailler. Il se déplace à vélo dans la ville et les villages voisins et essaie d’éviter les obus

Avant la grande guerre, Volodymyr Kravchenko avait ses clients chez le coiffeur et jouait avec ses amis dans un groupe. C’est cette dernière activité qui lui manque le plus, car au moins l’homme a réussi à reprendre un peu son travail – un ami lui a proposé de couper des cheveux pour l’armée. Aujourd’hui, Volodymyr se déplace à vélo pour rencontrer des clients à Kyiv et dans les villages environnants. Pour ces personnes, l’homme est déjà devenu un thérapeute : un homme parle de la perte de son emploi, tandis qu’un autre partage les succès de ses bénévoles.

Une fois, le coiffeur est venu voir un homme dans le village de Moshchun. Tous deux ont parlé de la vie et ont écouté les obus qui explosaient à l’extérieur. Lorsqu’il est seul, Volodymyr combat sa peur par la prière ou la musique, en jouant de la guitare et du piano. Il n’aime pas se plaindre mais a appris à accepter ce qui se passe ici et maintenant : « Nous devons nous concentrer sur les aspects positifs. Faire de l’exercice pour se sentir mieux et se soutenir mutuellement dans notre famille. C’est ainsi que nous gagnerons. »

Source : Reporters
Photo : Olha Omelyanchuk