Hasan Abdurahman reste à Kyiv pour cuisiner pour les habitants. Il a perdu sa famille à Alep et veut passer le reste de sa vie en Ukraine

Hasan Abdurahman

Cet homme a perdu sa femme et ses cinq enfants adultes lors de frappes aériennes dans la ville syrienne d’Alep. Sa survie est le fruit du hasard — à l’époque, il était en voyage d’affaires. Il est difficile pour Hasan de se souvenir de ces horreurs, même 11 ans après la tragédie. Hasan a décidé de quitter le pays : il a d’abord pris plusieurs avions jusqu’à Odessa, et de là, il a fait du stop jusqu’à Kyiv. D’autres émigrants l’ont aidé à trouver un logement et depuis, l’homme prépare des shawarma près de la station de métro Khreshchatyk.

Depuis le début de l’invasion russe générale, l’homme n’est allé au travail qu’une seule fois, le 24 février. Le lendemain matin, il a de nouveau ouvert son kiosque. Peu de gens sont venus, mais ceux qui sont venus ont souri de surprise. Hasan ne va pas quitter la ville, il dit qu’il a besoin de s’en sortir, de payer son logement et d’acheter de la nourriture. Il n’a pas peur des bombardements et ne veut pas arrêter son travail et devenir inutile.