Retour
30/03/2022
Témoignage oculaire

Une femme de Marioupol a parlé des conditions dans le camp de filtration russe pour les personnes déportées illégalement

Russia deported Mariupol residents to Taganrog. Photo: Serhiy Pivovarov / Reuters
La Russie a expulsé les habitants de Marioupol vers Taganrog. Photo : Serhiy Pivovarov / Reuters


À la mi-mars, des soldats des territoires du Donbass occupés par la Russie sont arrivés à Marioupol. Ils ont ordonné aux femmes et aux enfants de quitter les abris. Les citoyens se sont vu refuser le droit de rester dans la ville. Les hommes, y compris les personnes handicapées, n’ont pas été expulsés.

Les soldats ont transféré environ 90 personnes dans une école locale. Le lendemain, ces personnes ont été mises dans des bus et emmenées dans un « camp de filtration » dans une autre ville. Ici, les déportés illégaux ont été photographiés, on a relevé leurs empreintes digitales, ils ont été interrogés et forcés de donner leurs téléphones mobiles avec les mots de passe afin que l’armée puisse saisir leurs données dans des ordinateurs.

« À toutes les étapes du voyage, nous avons été traités comme des prisonniers ou des criminels. J’avais l’impression d’être un sac de pommes de terre jeté quelque part. Vous n’avez pas de volonté. Comment résister à cela ? Même s’il y a une chance de s’échapper, tout a été détruit , et on ne peut se cacher nulle part », a déclaré la femme dans une interview anonyme pour le Washington Post.

Les Ukrainiens ont été déportés de l’autre côté de la frontière russe. Le Service fédéral de sécurité russe a séparé la femme du groupe et l’a de nouveau interrogée. Une habitante de Marioupol a été obligée d’accéder à ses réseaux sociaux. Ils ont également essayé de savoir si elle était au courant du mouvement des troupes ukrainiennes.

À Taganrog, une femme a convaincu l’armée qu’elle avait un ami russe prêt à l’héberger. Elle a refusé de signer les documents de statut de réfugié. Finalement, elle a traversé la frontière de l’UE avec sa mère, son frère et sa grand-mère pour quitter la Russie.

Explorer plus

Mariupol deportation
03/04/2022
Témoignage oculaire

Dmytro Radchenko, un habitant de Mariupol, a raconté comment il avait été déporté vers la Russie.

En savoir plus
30/03/2022
Déportation d'enfants

À Marioupol, les occupants ont tué le père d’une fillette de 12 ans et projetaient de l’expulser vers la Russie

En savoir plus
20/03/2022
Déportation d'enfants

Les Russes ont expulsé de force près de 2.400 enfants ukrainiens du Donbass. 

En savoir plus