Retour
19/04/2022
La campagne de la terreur

« Tuez-les tous ». Comment la Russie détruit Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine

L’administration municipale de Kharkiv détruite. Photo : Pavel Dorogoï.

Kharkiv… l’un des joyaux de l’est de l’Ukraine, la deuxième plus grande ville du pays. Fondée il y a 378 ans. Un centre de culture, d’éducation et d’industrie. Une ville de jeunes, de bars à cocktails, de monuments historiques, de théâtres, de salles de musique et d’universités.

En 2022, Kharkiv était une plaque tournante pour les festivals de cinéma et la recherche en physique. Elle était la capitale de la littérature fantastique et de science-fiction ukrainienne. Du 24 au 28 février, par les méfaits de l’armée russe, Kharkiv est devenue un ville en feu, où la mort fait rage et où les ruines dominent le paysage.

Selon la propagande russe elle devait être « libérée », puisqu’elle était peuplée de 1,5 million d’Ukrainiens majoritairement russophones. Cette libération s’est concrétisée par des dizaines de roquettes, des bombes et des obus de mortier qui ont déferlé sur la ville et qui, jusqu’à présent, ont coûté la vie à des centaines de personnes.

Voici à quoi ressemblait Kharkiv avant la guerre, ses universités, ses parcs et ses places :

Kharkiv après la brutale agression militaire de la Russie :

Chronologie

Du 24 au 27 février. Les troupes et l’artillerie russes attaquent la région de Kharkiv.

Kharkiv et les villes voisines se réveillent au son des sirènes de raid aérien. 4 explosions se font entendre dans la ville de Pisochne. Les habitants de Balakliya signalent une colonne de véhicules blindés russes, marqués du symbole « Z », qui se dirige vers la ville. Un jour plus tard, les forces spéciales russes sont dans les rues de Kharkiv.

L’incursion terrestre dans la ville est facilement repoussée par les défenseurs ukrainiens… mais une fois que les forces russes réalisent que Kharkiv ne se rendra pas, les bombardements commencent.

Ce n’est pas une guerre où les lignes militaires se rencontrent sur le champ de bataille.
C’est une guerre où les bombes russes détruisent les classes de maternelle. Photo : Sergueï Bobok.

Le 28 février. Les bombardements commencent, Kharkiv en flammes.

Dans les premières heures de la guerre lancée par la Russie contre l’Ukraine, Kharkiv devient la cible de bombardements d’artillerie massifs et impitoyables. Les systèmes BM-21 Grad, qui peuvent tirer 40 roquettes à une cadence de 2 obus par seconde, ont couvert Kharkiv de flammes et mis la ville en décombres.

Des centaines de personnes ont été blessées et des dizaines sont mortes dans les premières heures de l’attaque russe. 7 morts et 40 blessés sont confirmés dès le début. Dès le premier jour, les immeubles d’habitation, les écoles et les jardins d’enfants (en bref, les bâtiments civils) ont été les principales cibles.

Du 30 février au 1er mars. Attaques massives contre les infrastructures, les maisons et les citoyens.

Les roquettes continuent de démolir Kharkiv. Une explosion massive a lieu dans le bâtiment de l’administration municipale.

Les avions russes bombardent délibérément les centrales électriques et les pompes à eau, laissant des quartiers entiers sans lumière, ni eau. L’artillerie détruit des immeubles d’habitation, un dortoir de l’Université de l’aviation, l’opéra et la salle de musique de la Philharmonie.

21 autres personnes sont tuées et 112 blessées en l’espace d’une journée.

Le 2 mars. Bombardement de l’université de Kharkiv, du département de la police et de la tour de télévision.

Visant la construction du service de sécurité ukrainien dans la ville, l’artillerie russe rate et dévaste le département de sociologie de l’Université nationale de Kharkiv. Le bâtiment prend feu. Une frappe aérienne frappe la tour de télévision de la ville, les communications s’ébranlent.

Le 3 mars. Bombardement actif de villes dans la région de Kharkiv.

L’armée russe commence à mettre en oeuvre l’artillerie et l’aviation contre les villes de la région de Kharkiv. Un missile de croisière frappe un immeuble à Izium tuant d’une seule frappe 8 personnes. L’armée russe essaie de mener une campagne de terreur pour réprimer la résistance locale et faire avancer ses chars et ses troupes sur le terrain. 

Le 5 mars. Bombardement du quartier résidentiel de Saltivka.

Saltivka, un quartier purement résidentiel du nord de Kharkiv, est bombardé par l’aviation russe. 10 immeubles d’appartements sont fortement endommagés et beaucoup prennent feu. 35 pompiers sont dépêchés sur place pour sauver les riverains, mais de nombreux bâtiments sont encore sous les bombardements russes et ne peuvent être atteints. Les gens sont enterrés sous les briques et le béton.

«Toute la nuit, une jeune fille n’a cessé de réveiller sa maman. Elle s’asseyait en pleurant en criant: « Maman, j’ai peur, s’il te plaît sauve-moi, sauve-moi maintenant. » Elle ne s’est calmée que le matin après que sa mère l’eut tenue toute la nuit.» – une femme de Saltivka décrivant sa nuit dans un abri anti-aérien. (BBC)

Du 6 au 8 mars. Bombardement d’immeubles d’habitation.

Les avions russes larguent plus de bombes sur les zones résidentielles de Kharkiv, notamment sur une autre tour de communication et sur la Place des Cent Célestes. Au moins 12 autres personnes sont tuées, 200 ont été extraites des décombres par les services d’urgence.

À ce stade, les morts se comptent par dizaines, des centaines de personnes ont été blessées et les dégâts causés dans la ville sont considérables. Kharkiv vit dans la terreur des bombardements quotidiens et des barrages d’artillerie.

Le 9 mars. Tentatives de blocus, les batailles d’Izium.

Les agresseurs russes forcent désormais leur chemin sur le terrain vers Kharkiv pour tenter de bloquer la ville et éventuellement de l’occuper. Des chars et des soldats défilent dans la région autour de la ville. Izium devient le théâtre de batailles entre les défenseurs ukrainiens et les forces d’invasion russes.

Les troupes ukrainiennes défendent Kharkiv sur le terrain — avec succès. 40 000 personnes sont évacuées de l’est de l’Ukraine.

Vladyslav a passé une nuit dans un sous-sol couvert par les décombres d’un immeuble effondré. Les pompiers ont creusé pendant des heures pour le libérer. Des dizaines d’autres personnes ont été retrouvées trop tard pour être sauvées. Photo : Service national d’urgence d’Ukraine

Le 10 mars. Destruction massive de zones résidentielles.

Jusqu’à présent 400 maisons et immeubles d’appartements ont été dévastés à Kharkiv par l’artillerie et l’aviation russes. Un pourcentage énorme des habitants de la ville sont obligés de vivre dans le métro de la ville.

« La chose la plus horrible était le sifflement des projectiles. Je me souviendrai d’eux toute ma vie », a déclaré M. Kuzubov, un habitant de Kharkiv. « Ils détruisent notre patrimoine historique et notre patrimoine architectural. Ils veulent tout détruire, ils veulent démoraliser les gens. (New York Times)

Un garçon et ses chiens dans le métro de Kharkiv. Des milliers de personnes y vivent désormais en permanence. Beaucoup n’ont pas de maison où retourner. Photo : @anadoluimages

Le 12 mars. « Tuez-les tous ». Le meurtre calculé de civils.

Le Service de sécurité ukrainien intercepte des communications radio russes témoignant de la tactique de l’armée d’occupation. « F***ing kill them all », dit un soldat russe à un autre, décrivant les ordres de bombarder et de tirer sur des civils. L’objectif est de briser, par la terreur des bombardements brutaux, la résistance de Kharkiv, de la forcer à se rendre et de l’occuper.

Le 17 mars. Bombardement du plus grand marché de Kharkiv, incendies massifs.

Une frappe de roquettes russes met le feu à Barabashovo, le plus grand marché en plein air de Kharkiv. Les flammes massives engloutissent des milliers de mètres carrés et se propagent aux immeubles d’habitation voisins. Les habitants fuient l’incendie, mais beaucoup subissent de graves brûlures. Les opérations de secours durent des heures.

« Ils maximisent la terreur. Ils bombardent maintenant des objets aléatoires [zones et bâtiments]», a déclaré Mme Zubar, une habitante de Kharkiv. « Mais nous préférons mourir en combattant pour la ville plutôt que de partir. » (New York Times)

L’homme a subi de graves brûlures en fuyant les incendies monstrueux du marché de Barabashovo.
Photo : Marcus Yam.

Le 19 mars. La Russie perd la bataille terrestre initiale pour Kharkiv.

Le chef de l’administration régionale de Kharkiv déclare que l’armée russe a perdu la bataille terrestre pour Kharkiv. L’armée ukrainienne a stoppé l’avancée des troupes et des chars russes. Incapables d’occuper la ville, les agresseurs russes multiplient les bombardements d’habitations civiles.

Un soldat ukrainien passe devant un avion russe Su-34 abattu.
L’avion a largué une bombe sur Kharkiv et a été abattu par la défense aérienne ukrainienne. Photo : DépôtPhotos.

Le 21 mars. Un survivant des camps nazis meurt sous les bombardements russes.

Borys Romanchenko a survécu à plusieurs camps de la mort nazis pendant la Seconde Guerre mondiale : Buchenwald, Peenemünde, Dora et Bergen-Belsen. Plus tard dans sa vie, il deviendra vice-président du Comité international Buchenwald-Dora.

Il a été tué par un obus russe qui a frappé son immeuble à Kharkiv le 21 mars.

«Un obus [russe] a touché le bâtiment à plusieurs étages dans lequel il vivait. Son appartement a brûlé. Nous pleurons la perte d’un ami proche. Nous souhaitons à son fils et à sa petite-fille, qui nous ont apporté la triste nouvelle, beaucoup de courage en ces temps difficiles.» – Comité du mémorial du camp de concentration de Buchenwald.

Photo: Mémorial du camp de concentration de Buchenwald

Le 24 mars. Un poste d’aide humanitaire est bombardé.

Les forces russes bombardent un poste d’aide humanitaire qui distribuait de la nourriture aux habitants de Kharkiv. 6 personnes meurent sur place. 15 autres sont blessés. L’avancée de la Russie sur Kharkiv échoue une fois de plus mais les agresseurs continuent leurs bombardements inhumains et meurtriers des quartiers résidentiels de la ville.

Cette jeune femme est sortie chercher de la nourriture pour sa famille dans l’un des quartiers résidentiels de Kharkiv. La zone a été bombardée par l’artillerie russe. Elle a eu la « chance » de n’avoir été touchée que par des éclats d’obus. Photo : Jan Garup.

Le 29 mars. Utilisation d’armes prohibées, bombardements de villes dans la région de Kharkiv

Les frappes d’artillerie atteignent un niveau de brutalité inhumain. En une journée, Kharkiv subit 59 tirs d’obus de mortier, 180 barrages de roquettes provenant de systèmes à lancement multiple et des bombardements par des armes à sous-munitions interdites.

De nombreuses petites villes et villages sont soit sous occupation russe, soit sous le feu de l’artillerie lourde.

Le 30 mars. Trente-cinq jours de meurtres et de destructions.

1.292 résidences, 70 écoles, 54 jardins d’enfants, 16 hôpitaux et 239 bâtiments administratifs ont été réduits en ruines par les bombardements russes. Les bombardements se poursuivent. Kharkiv est bloquée en direction des villes voisines et de la frontière russe. L’armée d’occupation russe terrorise les villes et les villages dans la région de Kharkiv.

Malgré les efforts héroïques des pompiers ukrainiens, de nombreuses personnes ont été tuées ou enterrées dans les décombres de leurs maisons, il était impossible de les rejoindre à temps. Photo : Felipe Dana.

Le 2 avril. Le bombardement des hôpitaux.

Alors que les bombardements impitoyables des hôpitaux se poursuivent, les maternités sont obligées de déménager dans la clandestinité. De nombreuses femmes enceintes ont été évacuées mais 200 restent encore dans la ville. Elles dorment dans les couloirs des abris souterrains, respirent l’air poussiéreux et lisent à la lumière de leurs téléphones portables. Les nouveau-nés sont pris en charge par le personnel médical dans des conditions de fortune horribles.

Du 3 au 9 avril. Bombardement de quartiers résidentiels additionnels.

L’artillerie continue de démolir les rues de Kharkiv. La stratégie russe reste cohérente : frapper et bombarder des bâtiments civils pour briser l’esprit de la ville et démoraliser les Ukrainiens. Dans le district Slobidskyy 23 personnes sont blessées, dont des enfants.

Le nombre de personnes décédées est difficile à déterminer, car nombreuses d’entre elles sont ensevelies sous les décombres.

Irréductibles : de nombreux Kharkivites refusent de quitter la ville. Des musiciens classiques jouent dans les ruines d’une cour autrefois pittoresque en signe de soutien à leurs compatriotes. Photo : Serhii Zhadan, Facebook

Le 10 avril. Plus de bombes à fragmentation sont larguées.

Les forces russes commencent à larguer des bombes accrochées à des parachutes sur Kharkiv. Beaucoup de ces bombes peuvent contenir des armes à sous-munitions : la bombe ou la roquette explose, envoyant des centaines de fragments explosifs plus petits à grande vitesse dans toutes les directions. Ces armes sont interdites par les conventions internationales en raison de leur impact mortel et des blessures massives potentielles exposant spécifiquement les personnes physiques.

Photo : Suspilne News Kharkiv.

11 avril. Plus de morts à Kharkiv, la terreur continue.

Un autre jour de terreur russe à Kharkiv. 5 autres personnes, dont un enfant, meurent. Les pompiers continuent de retirer des corps des décombres d’immeubles en ruine. Les habitants les repèrent par l’odeur de la mort et de la pourriture et appellent les services d’urgence. De nombreux habitants de Kharkiv se déplacent vers le métro, utilisé comme abri anti-bombes, s’ils peuvent l’atteindre en sécurité. Les femmes, les enfants et les personnes âgées cherchent des espaces sûrs sous terre.

Photo: Alkis Konstantinidis

Le 15 avril. Explosions dans les parcs et places publiques.

L’artillerie russe frappe à nouveau Kharkiv. Cette fois des roquettes ont touché un quartier résidentiel. Des explosions éclatent dans des résidences et dans un parc public, faisant 10 morts et 40 blessés. Parmi les morts… un bébé de 7 mois.

Oksana waits for an ambulance after being injured in a Russian attack at a public park in Kharkiv
Oksana attend une ambulance après avoir été blessée lors d’une attaque russe dans un parc public de Kharkiv.
Photo : Mstyslav Tchernov.

Le 17 avril. Bombardement de quartiers civils au centre de Kharkiv.

Dimanche, alors que beaucoup de gens dans le monde célèbrent Pâques, l’armée russe a de nouveau bombardé des zones peuplées à Kharkiv. Cette fois, des frappes d’artillerie touchent le centre de la ville, faisant au moins 5 morts et 13 blessés.

Le 18 avril. Bombardement d’une aire de jeux pour enfants.

Lundi 18 avril, l’artillerie russe frappe une aire de jeux pour enfants dans un quartier résidentiel de Kharkiv. Plusieurs bâtiments sont endommagés et deux personnes sont mortes. Le bombardement insensé et inhumain de Kharkiv par les Russes se poursuit. Les forces de l’ordre ukrainiennes documentent ces crimes de guerre.

Photo: Bureau du procureur de la région de Kharkiv

Le 21 avril. Cinquante attaques à la bombe en une journée.

Jeudi, l’armée russe a bombardé Kharkiv au moins 50 fois, utilisant presque toute la panoplie de son arsenal: artillerie, roquettes, systèmes Grad et Smerch et plus encore. Deux personnes ont été blessées et deux autres sont mortes lorsqu’un obus d’artillerie a atterri sur leur voiture. 22 petites villes et villages de la région voisine sont toujours sous occupation russe… la pire crainte est qu’ils subissent les mêmes atrocités que Bucha et Irpin.

Kharkiv continue de souffrir de cette guerre inhumaine. Les soldats russes, les avions et les bombes font saigner et brûler la ville. Malgré cela, les habitants de Kharkiv survivent et se battent toujours. Ils veulent que leur terre soit libre et que leur ciel soit paisible.

Par Ivan Shovkoplias, consultant en communication, bénévole ukrainien pour les médias

Explorer plus

10/04/2022
Hundreds of innocents murdered

La fumée noire au-dessus des forêts noires de Chernihiv

En savoir plus
Bucha, civilian executed by Russian soldiers, tied and left unburied, photo by Mihail Palinchak
06/04/2022
La chronologie de la tragédie

Le massacre de Bucha, les cauchemars d’Irpin et de Homostel

En savoir plus
Mariupol
05/04/2022
Une chronologie des crimes de guerre

La tragédie de Marioupol

En savoir plus