26/04/2022
Son père a presque perdu la vue après avoir été battu.

Mariia Vdovychenko, une résidente de Marioupol âgée de 17 ans, a raconté s’être cachée dans un sous-sol et dans un camp de filtration après l’évacuation.

Mariia Vdovychenko, qui a survécu après 2 semaines à Marioupol occupé

La famille de Mariia Vdovychenko a vécu pendant 12 jours à Marioupol occupé. Ils ont survécu à la destruction de leur maison, se cachant dans le sous-sol. C’était la faim, le froid, la peur, les bombardements et un camp de filtration. La jeune fille a raconté son histoire au médias Hromadske.

Dans la nuit du 24 février sa mère a réveillé tout le monde et a signalé les explosions. Les parents et leurs deux filles ont ramassé des vêtements chauds et leurs affaires. Mais la ville avait déjà été fermée. Le sous-sol de leur maison n’était pas destiné à se cacher. Deux jours plus tard, la connexion, l’eau et la lumière ont disparu. Le gaz a disparu plus tard.

Les premiers jours, la famille se cachait dans une chambre ou la salle de bain. Un jour, les Russes ont tiré sur la maison qui s’est effondrée. La famille Vdovychenko a réussi à sortir et à atteindre le sous-sol le plus proche. Les gens de ce sous-sol ne voulaient pas les laisser entrer, mais le père de Maria a insisté. Après cela, une autre famille avec un enfant de 5 mois est allée au sous-sol. Seulement une trentaine de personnes se trouvaient dans l’abri. Peu à peu les vivres se sont épuisés. Au jour 10, la famille n’avait plus qu’un seul morceau de pain. Les gens se procuraient de l’eau par la neige et la glace fondantes.

Les gens se cachent dans le sous-sol de Marioupol. Par Oleksander Iermotchenko.
Photo d’illustration

Natalia, la mère de la jeune fille, souffre de polyneuropathie (une lésion du système nerveux) depuis six ans. La femme ne peut pas marcher à cause du stress soutenu. Les pharmacies ne fonctionnaient pas et il n’y avait pas de médicaments. Le cœur de la femme s’est arrêté deux fois. Le père a réanimé sa femme par respiration artificielle et massage cardiaque.

En même temps, les Russes n’ont cessé de bombarder la ville. Une nuit, tout le monde au sous-sol a été réveillé par un bruit. Du plâtre et de la brique sont tombés du plafond. « J’étais couchée et je pensais : nous ne sortirons pas d’ici. C’est ma tombe. J’ai perdu tout espoir. Cela ne peut pas durer longtemps. Une personne souffre pour quelque chose. » La fille était sûre qu’elle allait mourir.

Un jour, la famille a entendu parler de la possibilité d’aller au village de Melekino. Le père a conduit la vieille voiture. Peu après, les soldats de la «République populaire de Donetsk» ont arrêté la famille. Ils ont placé chaque citoyen ukrainien dans un convoi de voitures, qui était constamment sous le feu. Lorsque la famille est arrivée dans le village de Yalta dans la région de Donetsk, elle s’est cachée dans une ancienne pension de famille pendant plus de 10 jours. La famille n’avait pas de nourriture et puisait de l’eau au puits. Les Russes n’ont pas fourni d’aide humanitaire. Ils importaient des produits de Russie, mais les prix étaient trop chers. La famille Vdovychenko n’a pu acheter que deux miches de pain.

Mariia au premier jour dans le camp de filtration.
Photo de l’archive personnelle

Les parents ont décidé de repartir. Ils se sont donc retrouvés dans un camp de filtration à Mangush. La famille faisait la queue pendant deux jours car il y avait des centaines de voitures qui les devançaient. Les Russes ont interdit de quitter la voiture, d’aller chercher de la nourriture et de l’eau et d’aller aux toilettes. Des soldats armés, ont menacé et contrôlé tout le monde. Les Russes n’ont pas permis à la mère malade et à la sœur cadette de sortir de la voiture. Maria et son père sont allés dans des salles de filtration séparées.

La jeune fille dit que ses empreintes digitales ont été relevées, que des documents ont été scannés et que son téléphone a été vérifié. Elle a dû répondre à des questions provocatrices sur son attitude envers le gouvernement. Les soldats ont relâché la jeune fille et un soldat armé l’a escortée jusqu’à la voiture. Il a poussé la fille qui est tombée, mais elle s’est relevée et a couru vers la voiture.

Le père de Mariia est revenu 40 minutes plus tard. Il est sorti et il est tombé. Pourtant, l’homme a réussi à rejoindre la voiture. Ensuite, la famille a traversé les banlieues et les villages près de la ville de Berdiansk où ils ont passé la nuit dans une voiture.

Le père de Mariia a obtenu le document, qui dit « Empreintes digitales au 4 avril 2022 ». De l’archive personnelle

Il y avait 27 points de contrôle de Berdiansk à Zaporizhzhia. Les militaires vérifiaient les documents à chaque point de contrôle. Dans la matinée, la famille est arrivée dans la ville d’Orikhiv dans la région de Zaporizhzhia. Lorsque les soldats à l’entrée ont dit : « N’ayez pas peur, c’est l’Ukraine », la famille s’est mise à pleurer.

La famille de Vdovychenko est arrivée au centre d’assistance aux réfugiés de Zaporizhzhia. La mère a reçu des soins médicaux. Le père avait des problèmes de vision. Les volontaires ont aidé la famille à se rendre à Dnipro. Là, les médecins ont examiné le père. Ils ont conclu que l’homme a subi une commotion cérébrale. Il a perdu la vue sur un œil et il a un sérieux problème avec un autre œil. Ensuite, les volontaires ont envoyé la famille à Lviv pour se faire soigner définitivement.

Explorer plus

07/07/2022
90 jours de captivité

L’armée russe a retenu en captivité Vladyslav, garçon de 16 ans

En savoir plus
12/05/2022
Un homme qui a été kidnappé parle de la torture et de l’interrogatoire.

« Ils le font … avec plaisir », raconte le chef d’un village dans la région de Kherson à propos des crimes de l’armée russe.

En savoir plus
Oleg survived three-day captivity. The Russians tortured him in the Kyiv region
06/04/2022
Captivité de trois jours

Les Russes ont torturé Oleg dans la région de Kyiv

En savoir plus
02/04/2022
Captivité de trois jours

Le journaliste Yevhen Bal, 79 ans, est mort après avoir été capturé et torturé par les occupants

En savoir plus
02/04/2022
Prisonniers de guerre

15 femmes militaires sont revenues de captivité russe. Les Russes les torturaient, les maltraitaient et leur rasaient les cheveux

En savoir plus
The Russians kidnapped the 75-year-old father of journalist Svitlana, editor of the Melitopol news site.
23/03/2022
Captivité de deux jours

Les Russes ont pris en otage le père âgé de la journaliste Svitlana Zalizetska pour exiger son retour dans sa ville occupée

En savoir plus