Retour
06/04/2022
La chronologie de la tragédie

Le massacre de Bucha, les cauchemars d’Irpin et de Homostel

Bucha, civilian executed by Russian soldiers, tied and left unburied, photo by Mihail Palinchak
Bucha, civil exécuté par des soldats russes, attaché et laissé sans sépulture. Photo de Mykhailo Palinchak

Avant le lever du soleil le 24 février, les habitants de la région de Kyiv se sont réveillés au son assourdissant de l’artillerie russe et des tirs de missiles. L’Ukraine a été attaquée avec une brutalité jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale. Les villes de banlieue à l’extérieur de la capitale, foyer des navetteurs, les jardins fleuris et les parcs pittoresques se sont retrouvés sur la ligne de front de l’avancée sanglante de la Russie sur Kyiv.

La guerre criminelle et inhumaine menée par la Russie contre l’Ukraine avait pris son essor.

Les belles banlieues florissantes étaient destinées à être réduites à des ruines sanglantes et fumantes par l’armée russe. Un cauchemar avec des maisons en flammes et de civils exécutés allait bientôt commencer. La responsabilité de ces crimes indicibles incombe à chaque soldat, à chaque commandant et à chaque représentant des autorités russes qui, par leur action ou leur inaction, en ont fait une réalité.

L’aéroport de la ville d’Hostomel (17 000 habitants) était l’une des principales cibles de la Russie, car sa capture faciliterait les raids aériens efficaces sur Kyiv. Irpin (population – 70 000), Bucha (population – 37 000) et les petites villes voisines ont été choisies comme cibles idéales pour servir comme bases militaires russes dans le but d’encercler la capitale et.

Irpin, before and after Photos: Irpin city council; Aris Messinis
Irpin, avant et après (photos : mairie d’Irpin ; Aris Messinis)

Du 24 février au 1er avril, de nombreuses villes et villages de la région de Kyiv ont été attaqués ou occupés par les troupes russes. Ce n’est que début avril que les forces ukrainiennes pourront libérer la région et découvrir toute l’étendue des terribles crimes de guerre perpétrés par les soldats russes.

Bucha, before and after. Photos: Bucha news; Rodrigo Abd
Bucha, avant et après (photos : Bucha news ; Rodrigo Abd)

Chronologie

Le 24 février. La Russie entame sa guerre brutale contre l’Ukraine.

Les forces ukrainiennes défendent l’aéroport d’Hostomel contre les envahisseurs russes : les systèmes anti-aériens ukrainiens abattent 3 hélicoptères ennemis. Un groupe tactique ukrainien défend la ville contre des parachutistes russes.

Le 25 février. La bataille d’Hostomel.

La bataille pour Hostomel fait rage. L’artillerie russe bombarde la zone. Les forces armées ukrainiennes neutralisent une colonne de véhicules blindés russes.

The Ukrainian AN-225, Mriya (“Dream”), largest airplane in the world. Destroyed by Russian shelling in Hostomel.
Un AN-225 ukrainien, Mriya (« Dream »), le plus gros avion du monde. Détruit par les bombardements russes à Hostomel.
Photo : Serhiy Mykhalchuk

Le 26 février. L’avance russe sur Kyiv.

Les forces armées ukrainiennes arrêtent l’avancée russe vers la capitale près de Bucha, infligeant des pertes à l’ennemi. Les troupes russes tentent toujours de capturer Hostomel. Des groupes individuels de soldats russes se glissent dans Kyiv, des fusillades éclatent dans les rues. Les équipes de reconnaissance ennemies sont finalement neutralisées et Kyiv est débarrassée des troupes terrestres envahissantes. Cependant, la région d’Hostomel subit toujours d’impitoyables bombardements par l’artillerie russe et des attaques de missiles.

La femme d’Oleksiy a été tuée sous les bombardements russes à Hostomel. Il est assis toute la journée au chevet de sa fille blessée. «Dieu interdit à quiconque de vivre cela. Nous vivions une vie tout à fait normale. Ma femme et moi travaillions, les enfants allaient à l’école. Maintenant, des innocents meurent. L’Ukraine a besoin d’aide », dit-il.

Milana in Kyiv (mother died in Hostomel on 28.02) @romanpilipey
Milana a été blessée et évacuée à Kyiv depuis Hostomel. Sa mère est décédée le 28 février sous les bombardements russes. Pendant la journée elle rit. La nuit elle pleure en se souvenant de sa mère. Photo : Roman Pilipey.

Le 27-28 février. Les combats pour Bucha et Irpin commencent.

Un nombre massif de forces terrestres russes, étalées dans le nord de la région de Kyiv, tentent d’avancer vers la capitale. Irpin est tenue et défendue par les forces armées ukrainiennes.

Les bombardements et les frappes aériennes de l’artillerie russe se poursuivent dans la région. Les infrastructures sont endommagées. Des civils meurent. Certains habitants peuvent fuir ou sont évacués, mais des milliers de gens restent chez eux pour se cacher dans des sous-sols et des abris alors que les bombes pleuvent du ciel.

Ukrainian priest stands in front of a building in Irpin destroyed by Russian artillery. Photo: Laura Huck / Die Zeit
Un prêtre ukrainien se tient devant un bâtiment d’Irpin détruit par l’artillerie russe. Photo : Laura Huck, Die Zeit

Le 1er mars. Bucha et Hostomel occupées par les agresseurs russes.

Les premiers rapports de pillages et de vols commencent à apparaître à Bucha et à Hostomel, maintenant occupées par des envahisseurs russes. La communication reste difficile en raison des combats intenses et des bombardements dans la région.

Homme à bicyclette hors de Bucha abattu par des soldats russes. Photo de Zohran Bensemra, Reuters

Le 2 mars. L’armée russe se rapproche de Kyiv.

Les agresseurs russes (colonnes de chars, véhicules blindés de transport de troupes et soldats) continuent d’avancer et d’occuper davantage de villes dans la région. Bucha, Irpin, Hostomel et Borodianka restent parmi les zones les plus dangereuses pour les civils en raison des bombardements russes et des combats au sol.

L’aéroport d’Hostomel est libéré par l’armée ukrainienne. La ville reste assiégée.

Unexploded shells recovered by the Ukrainian Army after the liberation of Hostomel. Hundreds of others already hit and exploded in homes, apartments, schools, and hospitals. Photo: Andriy Dubchak
Obus non explosés récupérés par l’armée ukrainienne après la libération d’Hostomel. Des centaines d’autres ont déjà frappé et explosé dans des maisons, des appartements, des écoles et des hôpitaux. Photo par Andrii Dubchak

Le 3 mars. Bucha est temporairement reprise par les défenseurs ukrainiens, l’aide humanitaire arrive.

Les forces ukrainiennes reprennent temporairement Bucha. La ville est approvisionnée en aide humanitaire. Les civils sont évacués. 6 camions de vivres sont livrés à Bucha et Irpin. 1500 femmes et enfants sont évacués vers des zones plus sûres. Des milliers d’habitants restent à cause des difficultés logistiques, des bombardements de l’artillerie russe, des frappes aériennes, des tirs de chars et de mortiers.

Ukrainian forces have to use unconventional routes to evacuate civilians due to Russian artillery and airstrikes in the area of Irpin. Photo: Aris Messinis
Les forces ukrainiennes doivent utiliser des itinéraires non conventionnels pour évacuer les civils en raison des tirs de l’artillerie russe et des frappes aériennes dans la région d’Irpin. Photo : Aris Messinis

Le 5 mars. Les occupants russes bombardent le chemin de fer d’Irpin pour perturber l’évacuation.

Les occupants russes font sauter des voies ferrées à Irpin, tentant d’empêcher l’évacuation des civils. Les soldats ukrainiens sont contraints d’évacuer les personnes via bus. La priorité est donnée aux plus vulnérables : femmes, enfants et personnes âgées.

Le 6 mars. Les attaques russes contre les civils s’intensifient.

Les troupes de l’agresseur intensifient la violence contre les civils : elles ouvrent le feu sur des véhicules civils qui tentent de fuir Irpin. Les bombardements russes endommagent les infrastructures de la ville et la laissent sans chauffage. Bucha et Hostomel sont occupées par des agresseurs russes. Les autorités ukrainiennes tentent de négocier une évacuation sûre, exigeant que les forces d’invasion ne ciblent pas les réfugiés en fuite.

Aftermath of civilian shootings by Russian troops in Irpin left unburied bodies and abandoned cars on the roads. Photo: Marcus Yam
Les conséquences des exécutions de civils par les troupes russes à Irpin ont laissé des corps non enterrés et des voitures abandonnées sur les routes. Photo : Marcus Yam

« Ils n’ont pas pu enfoncer la porte, alors ils ont lancé une grenade dans les escaliers », raconte Mykola de Bucha. Son ami Leonid a été déchiré par l’explosion. Le lendemain, des soldats russes lui ont dit qu’il avait 20 minutes pour « nettoyer ». Mykola a rassemblé les parties du corps de son ami dans un sac et il a creusé ce qui allait être sa troisième tombe.

Autre histoire similaire : Serhiy Lahovskyy pleure sur la tombe de son ami Igor, tué par des soldats russes à Bucha. Photo d’Alkis Konstantinidis, Reuters.

Le 7 mars. Répression brutale contre Irpin.

En raison de l’intensification des bombardements russes, Irpin est privée d’électricité, d’eau et de chauffage depuis près de trois jours (depuis le 5 mars). Les occupants russes interdisent aux résidents locaux de quitter leur domicile.

Les rapports continuent de faire état de violences et de pillages par les forces russes. Les communications entre les habitants des zones au nord de Kyiv sont rares, car les soldats russes confisquent les téléphones aux points de contrôle et volent les gens chez eux.

L’aide humanitaire est bloquée par les forces terrestres russes et leurs bombardements d’artillerie.

« …juste à côté de nous, il y avait une petite voiture rouge criblée d’impacts. Elle appartenait à une femme. Le mot « enfants » était écrit dessus. Le corps d’une femme reposait sur le volant. Des cadavres de civils gisaient sur le trottoir. Les occupants ont interdit de filmer les victimes. Ils ont enlevé les téléphones aux gens. C’était un ordre direct « d’en haut ». Ils ont délibérément coupé l’électricité et les communications, puis ils ont demandé : Où sont les preuves ? ».

Stan, un encodeur, se souvient de sa tentative ratée de quitter Irpin
A Ukrainian soldier carries a small girl to safety from Irpin, she is one of the few lucky ones to be evacuated from the city as Russian aggression continues. Photo: Aris Messinis
Un soldat ukrainien met à l’abri une petite fille d’Irpin. Elle est l’une des rares chanceuses à être évacuée de la ville alors que l’agression russe se poursuit. Photo : Aris Messinis

Le 9 mars. Échec de l’évacuation de Bucha et de Hostomel.

Les autorités ukrainiennes organisent un autre couloir d’évacuation depuis Bucha et Hostomel. Seuls les citoyens particulièrement vulnérables sont autorisés à quitter les villes en raison de l’espace limité : des femmes, des enfants et des personnes âgées. (Après la libération de Bucha, les résidents locaux rapporteront que de nombreux hommes âgés de 16 à 60 ans ont été exécutés par les Russes pour empêcher la résistance).

Les occupants russes ont bloqué 50 bus pleins de réfugiés. Il ne leur ont pas permis de quitter Bucha et Hostomel.

« En une seule journée, j’ai ramassé environ 30 corps, dont 13 étaient des hommes qui avaient les mains liées et qui avaient reçu une balle dans la tête à bout portant. »

Serhiy Kaplishny, un fossoyeur de Bucha, a déclaré 

Le 11 mars. Les tentatives d’invasion de la capitale se poursuivent.

Les forces russes continuent d’utiliser Bucha comme base d’opérations. Ils terrorisent les résidents locaux et pillent les approvisionnements. L’armée russe tente une nouvelle fois de pousser vers Kyiv, mais elle est repoussée par les troupes ukrainiennes.

Evacuation from Irpin via its destroyed bridge. Photo: Rafael Lafargue
Evacuation d’Irpin via son pont détruit. Photo : Raphaël Lafargue

« Je l’ai enterrée à peu près pendant la nuit. Il y avait tellement de bombardements que je ne savais pas quoi faire », a-t-elle déclaré.

La fille d’Antonina Pomazanko a été abattue par des soldats russes alors qu’ils entraient dans Bucha. Elle n’a pas pu l’enterrer complètement
Photo d’Ivor Prickett pour le New York Times

Le 12 mars. La Russie rassemble des troupes et continue de tuer des civils : l’évacuation ukrainienne partiellement réussie.

L’armée d’occupation russe continue de détenir Bucha, Irpin et Hostomel. De plus en plus de véhicules blindés et de troupes au sol russes sont entassés dans la zone. Les zones visées sont bombardées par l’artillerie russe qui ciblent les immeubles d’appartements, les maisons privées et les infrastructures civiles.

Des fournitures humanitaires sont envoyées de Kyiv à toutes les villes de la région. Mais les Russes continuent d’empêcher agressivement toute évacuation d’Irpin. 1000 personnes sont évacuées de Bucha sous un feu nourri russe. Seules 600 parviennent à s’échapper d’Hostomel.

Civilians flee from Irpin and Bucha on foot in order to get to the evacuation buses. Bodies of civilians murdered by Russian forces lay unburied on the road. Photo: Aris Messinis
Les civils fuient Irpin et Bucha à pied pour se rendre aux bus d’évacuation. Les corps de civils assassinés par les forces russes gisaient sans sépulture sur la route. Photo : Aris Messinis

Du 17-21 mars. Aide humanitaire pour Bucha et Hostomel.

Kyiv envoie de l’aide humanitaire à Bucha, Hostomel et aux villages voisins : nourriture, eau, fournitures et médicaments. Il est impossible de distribuer de l’aide aux habitants à plus grande échelle en raison des attaques et des pillages en cours commis par les soldats russes. Les villes sont dans un état humanitaire désastreux. Elles restent sans électricité, eau et chauffage.

À ce stade, un total de 4750 personnes ont été évacuées des zones attaquées dans la région de Kyiv.

Le 23 mars. Contre-attaque ukrainienne – rapports de témoins oculaires de Bucha.

Les forces armées ukrainiennes avancent pour contre-attaquer l’armée russe qui encerclent Irpin, Bucha et Hostomel. Cette opération constitue un point de rupture dans l’impasse sanglante. L’Ukraine est enfin en mesure de libérer ses villes de l’occupation ennemie, parce que les forces russes échouent à cause d’une mauvaise logistique et d’un commandement chaotique.

Des rapports de témoins oculaires commencent à arriver par des personnes qui ont réussi à s’échapper de Bucha. Ils parlent d’horribles crimes de guerre commis par des soldats russes : vols, viols, exécutions.

La plupart des habitants, expulsés par des soldats russes de leurs maisons, contraints de vivre dans des sous-sols et des hangars, sans accès à la nourriture, à l’eau ou au chauffage, incapables d’enterrer les corps des membres de la famille assassinés, devaient subsister dans des conditions infernales.

«Aller chercher de l’eau – on vous tire desus, cuisiner dehors sur un feu – on vous tire dessus, courir dans une rue – on vous tire dessus. Les Russes sont devenus plus brutaux dans les derniers jours »

a déclaré Olena, résidente de Bucha.

Le 25 mars. Bucha et Irpin élevées au statut de villes-héros.

Bucha et Irpin ont reçu le statut de villes héroïques par le président de l’Ukraine. C’est le même statut qui a été accordé à Kyiv et à Odessa pendant la Seconde Guerre mondiale en raison de leur défense héroïque contre l’agression brutale des forces nazies.

« J’ai été attaché à un poteau métallique pendant deux jours. [Les Russes] m’ont battu en me demandant : « Où sont les soldats de la force territoriale de défense ukrainienne ? »

dit Vitaly Sinadin, un sculpteur de Bucha âgé de 45 ans

Le 28 mars. Irpin est libérée par les forces ukrainiennes.

Les forces armées ukrainiennes libèrent Irpin, repoussant les occupants russes. Les batailles autour de la ville faisaient rage depuis le début de l’invasion russe de grande envergure (24 février).

Les forces ukrainiennes reprennent Irpin aux agresseurs russes. Photo : Gleb Garanich, Reuters

Le 1er avril. Bucha est libéré par les forces ukrainiennes.

Après plus d’un mois de combats acharnés dans la région de Kyiv, les forces d’occupation russes se retirent et l’armée ukrainienne est en mesure de libérer la ville de Bucha et de venir en aide aux résidents locaux.

Le 3 avril. Déminage à Irpin : les séquelles des bombardements russes.

Irpin est désormais entièrement sous le contrôle des forces armées ukrainiennes. Mais la ville n’est toujours pas assez sécurisée pourque les personnes qui ont fui plus tôt puissent maintenant retourner. Les autorités locales demandent aux réfugiés de ne pas rentrer tant que les troupes ukrainiennes n’auront pas désamorcé les mines disséminées par les troupes russes en retraite sur les routes et dans les zones résidentielles.

« … les occupants russes ont divisé les familles, ils ont pris les hommes et laissé les femmes et les enfants… ceux qu’ils n’aimaient pas – ils les ont abattus. Un enfant est mort, beaucoup d’hommes sont morts. La partie la plus cruelle et la plus inhumaine était quand ils ont roulé sur les corps avec des chars… nous avons dû utiliser des pelles pour décoller les corps de l’asphalte. »

déclare Oleksandr Markushyn, maire d’Irpin.

Le 4 avril. Le président Volodymyr Zelenskyy visite Bucha.

Le président de l’Ukraine, Volodymyr Zelenskyy, rend visite à Bucha pour constater de visu la dévastation et les crimes de guerre commis par l’armée russe pendant son occupation. Il s’entretient avec des résidents locaux et déclare : « ce qui se passe actuellement en Ukrainerevient à un génocide calculé contre le peuple ukrainien ».

Le 5 avril. Aide aux habitants, enterrements et enquêtes.

Les forces armées ukrainiennes et les services d’urgence de la région de Kyiv continuent de fournir une aide humanitaire et médicale aux habitants de Bucha, Irpin et Hostomel. Irpin a commencé à réparer certaines de ses infrastructures endommagées.

A 6-year boy stands next to the grave of his mother in the backyard of their house in Bucha. Photo: Rodrigo Abd
Un garçon de 6 ans se tient à côté de la tombe de sa mère dans l’arrière-cour de leur maison à Bucha. Photo : Rodrigo Abd

Les autorités ukrainiennes commencent à enquêter sur les preuves de centaines de crimes de guerre commis par l’armée d’occupation russe : meurtres, vols, viols, etc. 410 corps ont été retrouvés dans les rues, les trottoirs et dans des fosses communes, rien qu’à Bucha. Les dégâts causés en ville sont dévastateurs et immenses. Les preuves d’agressions sexuelles contre des femmes et des enfants soulignent davantage la nature inhumaine de l’agression de la Russie contre l’Ukraine.

Jusqu’à présent, 410 corps de civils assassinés ont été découverts, rien qu’à Bucha. Des témoignages oculaires et des preuves matérielles font état d’exécutions délibérées et de meurtres inutiles de civils par cruauté et cupidité gratuites.

Il s’agit d’une violation non seulement des lois internationales et ukrainiennes, mais les frontières-mêmes de l’humanité et de la civilisation ont été franchies.

Les enquêtes sur les crimes de guerre brutaux, inhumains, insensés et sanguinaires de l’armée russe en Ukraine se poursuivront.

Les auteurs de ces crimes, ceux qui les ont commis physiquement ainsi que ceux qui en ont donné les ordres ou les ont permis par inaction, doivent être punis avec toute la rigueur de la loi.

Par Ivan Shovkoplias, consultant en communication, bénévole ukrainien pour les médias

Explorer plus

19/04/2022
La campagne de la terreur

« Tuez-les tous ». Comment la Russie détruit Kharkiv, la deuxième plus grande ville d’Ukraine

En savoir plus
10/04/2022
Des centaines d’innocents assassinés

La fumée noire au-dessus des forêts noires de Chernihiv

En savoir plus
Mariupol
05/04/2022
Une chronologie des crimes de guerre

La tragédie de Marioupol

En savoir plus