07/07/2022
90 jours de captivité

L’armée russe a retenu en captivité Vladyslav, garçon de 16 ans

Oleh Buriak, chef de l’administration publique de district de Zaporijjia, avec son fils libéré de la captivité russe. Photo des archives personnelles

Le fonctionnaire local Oleh Buriak a rapporté que les militaires russes avaient enlevé son fils le 17 avril. Vladyslav, 16 ans, se trouvait dans un convoi de voitures qui s’acheminaient de Melitopol occupé vers Zaporijjia en vue de l’évacuation. L’homme dit que les Russes ont retenu la voiture au poste de contrôle pendant environ 3 heures. Puis, les occupants ont relâché tout le monde, sauf le garçon. Les proches ne savaient pas où se trouvait Vladyslav. Après avoir été libéré, le garçon a raconté sa captivité au bureau ukrainien de Radio Liberty.

Initialement, Vlad a été détenu dans un centre de détention provisoire, en cellule d’isolement, à Vasylivka (une ville occupée de la région de Zaporijjia). « J’avais une assiette de fer. L’oreiller était sale, mais il y avait la veste de quelqu’un accrochée là. Je l’ai mise sur l’oreiller et j’ai dormi comme ça. J’avais juste très envie de dormir ; cette situation m’a enlevé toutes mes forces et mes émotions. Et je suis tombé comme un mort et j’ai dormi sans faire attention à ces choses. J’ai bu de l’eau et mangé seulement le quatrième jour de mon séjour en cellule. Avant cela, je ne voulais pas du tout manger », dit Vlad.

Pendant sa captivité, Vladyslav aidait à la cuisine, il lavait le plancher et nettoyait le bureau de la police. Le garçon a avoué qu’il le faisait volontairement pour que les Russes ne le touchent pas. Pendant sa captivité, Vlad se nourrissait de rations sèches russes. Les occupants permettaient au garçon de sortir dehors pour 15 à 20 minutes par jour.

Après 48 jours, Vlad a téléphoné à son père et lui a dit que les Russes devaient l’emmener dans un autre endroit. Ils ont transporté le garçon à Melitopol, où il avait de meilleures conditions de vie : douche, climatiseur et WiFi. Les Russes lui ont rendu son téléphone portable, avant cela, le garçon ne le recevait qu’avec une autorisation. De même, quand Vlad téléphonait à son père, il ne lui parlait qu’en mode haut-parleur.

Au cours de la deuxième étape de la captivité, Oleh Buriak s’est mis à élaborer un nouveau plan de libération de son fils. Le 7 juillet, il a réussi à se voir avec Vlad. Le garçon a passé en captivité 90 jours. Actuellement, le Service de sécurité de l’Ukraine enquête pour établir les noms des kidnappeurs.

Explorer plus

12/05/2022
Un homme qui a été kidnappé parle de la torture et de l’interrogatoire.

« Ils le font … avec plaisir », raconte le chef d’un village dans la région de Kherson à propos des crimes de l’armée russe.

En savoir plus
26/04/2022
Son père a presque perdu la vue après avoir été battu.

Mariia Vdovychenko, une résidente de Marioupol âgée de 17 ans, a raconté s’être cachée dans un sous-sol et dans un camp de filtration après l’évacuation.

En savoir plus
Oleg survived three-day captivity. The Russians tortured him in the Kyiv region
06/04/2022
Captivité de trois jours

Les Russes ont torturé Oleg dans la région de Kyiv

En savoir plus
02/04/2022
Captivité de trois jours

Le journaliste Yevhen Bal, 79 ans, est mort après avoir été capturé et torturé par les occupants

En savoir plus
02/04/2022
Prisonniers de guerre

15 femmes militaires sont revenues de captivité russe. Les Russes les torturaient, les maltraitaient et leur rasaient les cheveux

En savoir plus
The Russians kidnapped the 75-year-old father of journalist Svitlana, editor of the Melitopol news site.
23/03/2022
Captivité de deux jours

Les Russes ont pris en otage le père âgé de la journaliste Svitlana Zalizetska pour exiger son retour dans sa ville occupée

En savoir plus