12/05/2022
Un homme qui a été kidnappé parle de la torture et de l’interrogatoire.

« Ils le font … avec plaisir », raconte le chef d’un village dans la région de Kherson à propos des crimes de l’armée russe.

Les volontaires ont aidé à évacuer Viktor et sa femme Kateryna de la région de Kherson. Photo : Daria Averchenko

Le village de Stara Zburїvka a été occupé dès le premier jour d’une invasion à grande échelle russe. Viktor Maruniak, chef du village dans la région de Kherson, a été enlevé et torturé par les Russes pendant quelques semaines. Finalement, lui et sa femme ont été évacués. Il raconte toute l’histoire de ce crime.

Les premiers jours, les habitants du village avaient enlevé les signaux routiers. Puis, environ deux semaines plus tard, la première voiture portant la marque Z a été arrivée. Les villageois locaux avaient été effrayés par ce fait. Plus tard, les Russes sont venus en masse. Quelqu’un leur a montré où Viktor vivait, après quoi 40 soldats russes sont arrivés à la maison de l’homme – quelques voitures avec des mitrailleuses. Ils ont procédé à l’interrogatoire avec des questions étranges.

Viktor a appris qu’ils avaient besoin d’un endroit sûr pour passer la nuit, et une trentaine de Russes sont restés dans sa maison. Ils ont dormi partout : sur le plancher, dans les lits, dans l’antichambre, dans le salon. Ils étaient assis dans la cuisine et mangeaient leurs rations sèches. Puis les Russes ont creusé quatre fosses dans la cour de Viktor et y sont entrés avec leurs mitrailleuses. Les Russes ont confisqué les téléphones portables de Viktor, de sa femme et de leurs voisins – les occupants avaient peur que les gens puissent dire d’eux à quelqu’un. Le lendemain, ils ont rendu les téléphones et ont décidé de rester dans la maison locale de la culture et dans l’école. Ils ont d’abord défoncé la porte et cassé les murs du bâtiment. Ensuite, ils ont mis en place quelques postes de contrôle.

Puis, les Russes ont quitté le village pour deux semaines. Le 21 mars, Viktor a rendu visite à des personnes âgées solitaires dans le village. Soudain, sa femme lui a téléphoné et a dit que les Russes avaient garé les voitures près de leur maison. Lorsque l’homme est revenu, les occupants l’ont mis dans une voiture et l’ont emmené dans une des maisons du village. À ce moment-là, il y avait déjà, dans la cour, trois hommes arrêtés et battus. Les Russes ont battu Viktor lui aussi et ont expliqué qu’il était « le chef de bande ». Ensuite, les occupants ont emmené les détenus au centre de loisirs local appelé Zbourїvskyi Kout. Les hommes ont dormi debout la première nuit. Pendant trois jours, les occupants battaient les Ukrainiens enlevés. Viktor a été battu si violemment qu’il ne se souvient pas du moment où il a subi le choc électrique.

En captivité, le premier repas de Viktor était une tasse de thé. Les occupants lui ont mis un pistolet sur la tempe et ont exigé des aveux incompréhensibles. De plus, les Russes ont déshabillé les prisonniers et les ont maintenus nus pendant plusieurs heures.

Le quatrième jour, les Russes ont mis des sacs sur les têtes des prisonniers et les ont emmenés à Kherson. Là, Viktor a été battu et torturé de nouveau. Les Russes versaient de l’eau froide sur les prisonniers de sorte que l’eau coule dans leur dos. « Ils le font … avec plaisir. »

Les Russes ont gardé Viktor en confinement solitaire. Parfois, il prenait un petit-déjeuner, mais souvent il ne mangeait pas pendant plusieurs jours. Les Russes refusaient de lui donner des analgésiques. Viktor a été également interrogé, mais personne n’a enregistré son témoignage. Quelques semaines plus tard, les occupants ont libéré l’homme, mais seulement parce que les défenseurs des droits de l’homme ont commencé à se battre activement pour sa libération.

Viktor et sa femme Kateryna après l’évacuation. Photo : Daria Averchenko

Quand Viktor a été libéré et a passé une radiographie, on lui a diagnostiqué une pneumonie et neuf fractures des côtes. L’homme a été hospitalisé pendant dix jours. Les plaies sur le corps de Viktor ne guérissent pas, même après deux mois. Les Russes ont dévalisé sa maison en son absence : ils ont tout volé, de la nourriture aux bijoux en or de sa femme. Après toutes les souffrances qu’ils ont endurées, le mari et la femme ont décidé de quitter le village. Viktor a laissé sa maison et 80 buissons de raisins. Récemment, les Russes ont fouillé sa maison encore une fois et ont enfoncé la porte. Kateryna, femme de Viktor, se remet toujours de l’interrogatoire qu’elle a subi dans son jardin lors de l’enlèvement de son mari.

Explorer plus

07/07/2022
90 jours de captivité

L’armée russe a retenu en captivité Vladyslav, garçon de 16 ans

En savoir plus
26/04/2022
Son père a presque perdu la vue après avoir été battu.

Mariia Vdovychenko, une résidente de Marioupol âgée de 17 ans, a raconté s’être cachée dans un sous-sol et dans un camp de filtration après l’évacuation.

En savoir plus
Oleg survived three-day captivity. The Russians tortured him in the Kyiv region
06/04/2022
Captivité de trois jours

Les Russes ont torturé Oleg dans la région de Kyiv

En savoir plus
02/04/2022
Captivité de trois jours

Le journaliste Yevhen Bal, 79 ans, est mort après avoir été capturé et torturé par les occupants

En savoir plus
02/04/2022
Prisonniers de guerre

15 femmes militaires sont revenues de captivité russe. Les Russes les torturaient, les maltraitaient et leur rasaient les cheveux

En savoir plus
The Russians kidnapped the 75-year-old father of journalist Svitlana, editor of the Melitopol news site.
23/03/2022
Captivité de deux jours

Les Russes ont pris en otage le père âgé de la journaliste Svitlana Zalizetska pour exiger son retour dans sa ville occupée

En savoir plus