à la Nouvelles & histoires
En temps de guerre Explainers

Armes de guerre numériques : applications et logiciels qui aident l’Ukraine à vaincre

Quels que soient le type et la nature de la guerre, celle-ci a toujours été considérée comme une force motrice puissante du développement et, dans une perspective à long terme, de la croissance économique. Bien que cela puisse paraître contradictoire, la guerre peut être conçue comme une impulsion, donnée à la société, à mobiliser ses efforts, ce qui aura pour résultat ultérieur un développement rapide des technologies et des innovations. La nécessité de couvrir les besoins militaires critiques entraîne une augmentation des dépenses militaires, ce qui, à son tour, crée des opportunités d’emploi supplémentaires, élargit le domaine d’activités économiques et contribuent au développement des technologies.

L’Ukraine n’y fait pas exception. En 2014, lorsque la Russie a fait irruption en Ukraine pour la première fois, l’État et la société ont réussi à utiliser le choc en tant qu’impulsion. Les Ukrainiens ont compris qu’ils devaient renforcer leur résilience économique et énergétique, mais surtout investir dans l’armée. Entre autres, l’invasion a abouti à l’émergence de l’informatique militaire comme l’un de ses axes les plus prometteurs. Depuis lors, le nombre d’initiatives informatiques militaires a progressivement augmenté.

Logiciel de cartographie Kropyva. Photo : ArmySOS

Aujourd’hui, un militaire ordinaire des Forces armées de l’Ukraine (FAU) peut citer une douzaine de logiciels et d’applications les plus répandus que les militaires utilisent quotidiennement : Kropyva, MilChat, Delta, GisArta, Terminal, ComBat Vision, Virazh Planshet, et d’autres encore.

« Aujourd’hui, les initiatives privées et bénévoles prédominent dans le secteur informatique militaire ukrainien. D’une part, l’état actuel des choses permet la flexibilité, stimule la compétitivité du marché et, par conséquent, favorise le développement ultérieur du secteur économique. D’autre part, cela comporte également certains risques, étant donné que les différentes unités militaires utilisent divers logiciels, qui peuvent ne pas être compatibles », explique Taras Chmut, chef de la plus grande fondation bénévole ukrainienne Reviens vivant.

Néanmoins, le secteur informatique militaire peut servir de preuve supplémentaire de la résilience, de l’ingéniosité et des compétences entrepreneuriales de la société ukrainienne. Aujourd’hui, les initiatives bénévoles font partie des principaux moteurs de la future victoire de l’Ukraine.

La guerre que la Russie mène actuellement  contre l’Ukraine est considérée comme une guerre réseau-centrée, type de conflit militaire dans lequel l’une des parties prend le dessus non pas en raison de la supériorité de ses forces et de ses moyens de combat, mais grâce à la possession plus avantageuse d’informations.

Comme on l’a indiqué à l’ONG Aerorozvidka, « l’un des principaux concepts d’une telle guerre consiste à obtenir un avantage en matière d’information moyennant l’unification des moyens techniques de renseignement et d’autres sources d’information en un seul réseau ».

Les technologies sont donc clés.

À titre d’exemple on peut nommer Delta –  c’est le premier nom qui vient à l’esprit lorsqu’on parle de logiciels militaires d’origine ukrainienne. Conçu par le Centre d’innovation et de développement des technologies de défense du ministère de la Défense de l’Ukraine et par Aerorozvidka, Delta est souvent présenté comme « l’innovation la plus convaincante de l’Ukraine ». En termes simples, il s’agit d’une carte numérique perfectionnée qui garantit la connaissance de la situation aux militaires. Le système fournit une image détaillée des secteurs concrets de la ligne de front et permet aux utilisateurs d’identifier les amis et les ennemis, de connaître l’emplacement d’objets particuliers et leur type, de suivre les changements qui ont eu lieu ou qui ont été effectués par les autres utilisateurs. Les militaires autorisés épinglent à la main les objets sur la carte, en utilisant des données de renseignement telles que des images prises par des drones, des images satellite et des données radars comme preuves. Ainsi, Delta assure une compréhension complète de l’état actuel des choses dans la zone spécifiée en temps réel, en permettant d’échanger des données et de prendre des décisions tactiques éclairées.

Le logiciel continue de se développer : en un an, Delta a lancé plus de 30 versions de nouvelles fonctions pour adapter le système aux besoins actuels d’une guerre réseau-centrée. Aujourd’hui, elle comprend également des chatbots : eVorog développé par le ministère de la Transformation numérique et STOP Russian War de chez le Service de sécurité de l’Ukraine. Les deux sont des chatbots pareils au service de renseignements civil et permettent aux gens de communiquer l’information sur les troupes ennemies, leur mouvement et leur emplacement.

Présentation de Delta à la réunion Tide Sprint de l’OTAN, octobre 2022.
Photo : Mil.in.ua

Récemment, Delta a été présenté lors de l’événement fermé de l’OTAN – Tide Sprint, qui se tient régulièrement pour permettre le partage d’expériences entre les experts militaires, les innovateurs et les développeurs des États membres et partenaires de l’OTAN. Bien que la plate-forme et les services de Delta soient conçus conformément aux normes de l’OTAN, ce qui rend le système compatible avec des solutions similaires utilisées par les armées des États membres de l’Alliance, elle est toujours considérée par la communauté des experts de l’OTAN comme un développement unique.

Selon les développeurs du logiciel, celui-ci est capable de mettre en œuvre « […] les dernières tendances de l’industrie telles que l’environnement cloud-native, la sécurité à confiance zéro et les opérations multi-domaines ».

Le produit ukrainien a éveillé un grand intérêt parmi les participants à l’événement, étant donné que les caractéristiques existantes du système sont testées quotidiennement dans des conditions de combat réelles. À ce jour, il n’existe aucun autre exemple d’un système de connaissance de la situation similaire intégré par l’un des États de l’OTAN qui serait entièrement déployé et testé dans le contexte de la guerre contre la Russie. 

Photo : MilChat sur Twitter, @mil_chat

Un autre exemple du logiciel inventé en Ukraine qui sert actuellement sur la ligne de front est MilChat, créé en 2018 par Yaroslav Sherstiuk, artilleur professionnel et programmeur autodidacte. Conçu par les militaires pour les militaires, MilChat est une application de messagerie sécurisée que l’on trouve dans la plupart des gadgets des militaires des FAU. Pour être plus précis, environ 600.000 militaires ukrainiens utilisent cette application aujourd’hui. Entre autres, l’application permet d’échanger des données sur la situation tactique, de déterminer les coordonnées, de fixer l’azimut et de transmettre des données de géolocalisation.

Outre MilChat, Sherstiuk est également connu comme l’auteur d’au moins deux autres applications militaires. Un simple calculateur balistique a été son premier produit intégré dans les Forces armées. Il a été conçu pour améliorer les calculs d’artillerie qui devaient auparavant être effectués par les artilleurs et les artilleuses à la main, en utilisant l’ancienne plaque de fer avec une règle. Plus tard, la première version du calculateur balistique de Sherstiuk a été considérablement mise à jour et transformée en Ukrop (alias MyGun pour la version iOS), application désormais très répandue.

Kropyva, créé par ArmySOS en 2014, est un autre logiciel largement utilisé. Il s’agit d’un logiciel de cartographie de renseignement développé pour la planification, les calculs et l’orientation. En termes simples, c’est une carte hors ligne qui peut être téléchargée et utilisée lorsqu’il n’y a pas de connexion. Contrairement à Delta, qui est une solution en nuage, elle n’est pas cependant adaptée à la modernisation, c’est-à-dire qu’elle ne peut pas être constamment mise à jour.

Photo : ComBat Vision lors de l’événement National Defence Hackathon 2022.
Photo : Page Facebook de ComBat Vision

ComBat Vision, lancé par People’s Project en 2015, fonctionne comme un système de renseignement militaire logiciel et matériel qui permet la gestion en ligne des troupes. Le système, basé sur diverses sources, capture l’emplacement et l’apparence des objets, les classe et filtre à l’aide du SIG intégré, puis fournit les résultats aux utilisateurs pour une analyse plus approfondie, une réaction et une coordination des actions. Ce développement peut être intéressant pour les acteurs ukrainiens et étrangers du secteur civil : outre les tâches militaires, ComBat Vision peut également être utilisé par la police, les services d’urgence et les services de contrôle des frontières pour améliorer leur travail dans les situations de crise.


Bien qu’il y ait de nombreux autres exemples de développements ukrainiens à citer ici, ils ont tous une caractéristique commune. Il s’agit de l’attrait des produits informatiques militaires ukrainiens aux yeux des parties prenantes occidentales. Dans les armées et les industries militaires occidentales, il y a normalement quatre étapes principales par lesquelles un produit ou une innovation doit passer : création du produit/de l’innovation, présentation du projet aux autorités gouvernementales compétentes, tests et mise en pratique.

Pour l’Ukraine, il existe également une étape de plus : les essais opérationnels dans des conditions de combat réelles. C’est précisément ce cinquième élément supplémentaire qui rend les développements ukrainiens uniques, précieux et très demandés par les alliés de l’Ukraine.

La guerre en cours a créé les conditions dans lesquelles l’Ukraine offre la possibilité de tester divers armements et systèmes d’armes occidentaux, par exemple, le développement et l’exploitation des drones, du matériel et des technologies militaires innovants. Évidemment, cela se rapporte également aux logiciels militaires. À ce jour, aucun autre État, aucunes autres Forces armées, excepté celles de l’Ukraine, n’ont l’expérience d’une application réussie du logiciel militaire dans une guerre multidimensionnelle à grande échelle, que le pays acquiert en luttant contre la Russie. Ainsi, l’expérience et la maîtrise authentiques acquises par les militaires ukrainiens sont ce que l’Ukraine peut proposer au monde aujourd’hui.

Photo : ArmySOS

Enfin, il est important de comprendre qu’après 8 ans et 9 mois vécus en guerre, l’Ukraine peut et doit être considérée non seulement comme un État-receveur mais aussi comme un donneur. L’expérience des développeurs et ingénieurs ukrainiens peut être utilisée, par exemple, dans la planification des opérations militaires américaines dans l’avenir. Cela concerne le système de connaissance de la situation Delta, comme l’a mentionné Victoria Nuland, sous-secrétaire d’État américain aux Affaires politiques.

Dans l’ensemble, tandis que les militaires ukrainiens sont toujours activement engagés dans divers types de programmes de formation organisés par les États membres de l’OTAN, un changement mental s’est déjà produit : l’Ukraine partage les leçons qu’elle a tirées, et ces leçons peuvent être étudiées par ses alliés.