LepatrimoineculturelUkrainienenfeu

L’église de la Résurrection du Christ détruit par les bombardements russes. Photo : Le village Ukrainien

L’Ukraine est imprégnée par l’art et l’histoire. Pendant plus de 1200 ans, le peuple de ce pays a déversé leurs âmes dans l’architecture, la littérature, la peinture et les sculptures. Mais la brutale guerre de Russie a peu de pitié pour l’art humain et de passion pour les gens. L’artillerie et l’aviation russe détruit et mettent en danger les musées ukrainiens, unique monuments historiques culturels, et d’irremplaçable architecture historique.

Comme le 14 avril, l UNESCO a constaté les dégâts de 102 sites depuis le 24 février – 47 monuments religieux, 9 musées, 28 monuments historiques, 3 théâtres, 12 monuments et 3 bibliothèques.

Ceci est basé seulement sur les nombreuses attaques vérifiées, retour de sources gouvernementales et des images satellites. La liste réelle est beaucoup plus longue. Des cathédrales gothiques aux églises orthodoxes, des châteaux historiques aux collections d’art… Comme l’Ukraine brule, eux aussi. Les médias de l’Etat Russe ont ouvertement dit qu’ils voulaient lancer la désukrainisation comme partie intégrante de l’agression. Cela inclue la destruction de la langue Ukrainienne, de la littérature et de l’art. Pour #WorldHeritageDay, nous voulons apporter un éclairage sur les attaques concernant la culture Ukrainienne. Nous ne devons pas permettre à notre beau patrimoine Ukrainien de mourir sous le feu Russe.

La suite est la liste d’exemples de monuments culturels Ukrainiens : détruits, abimés ou en grand danger.

Le théâtre dramatique de Mariupol (détruit)

Le théâtre de Mariupol avant la guerre. Photo : Mrlp. Voyage/ Wikipedia.

Le théâtre dramatique de l’académie régionale de Donetsk (localisé à Mariupol) est l’un des plus vieux théâtres de l’est de l’Ukraine. Il a été construit en 1960, la façade inclue des colonnes Grecques et une sculpture inspirée de l’Antiquité qui se situe près du toit. Mariupol a une culture historique culturelle qui date de 1847. La construction de ce bâtiment a été le joyau de la couronne de cette tradition, donnant finalement aux troupes de théâtrales un endroit stable pour les spectacles.

Le théâtre de Mariupol après le bombardement. Photo de témoins.

Le 16 mars, l’aviation russe a larguée une lourde bombe sur le théâtre, malgré le signe « ENFANTS » que l’on pouvait voir depuis le ciel. Apparemment, environ 1000 refugiées étaient à l’intérieur. L’abri anti-aérien a tenu, des personnes ont commencé à émerger plus tard, mais en grande partie leur sort concernant la guerre à Mariupol (sans eau, nourriture, chaleur, sous les bombardements constant des Russes) est inconnu. Le théâtre lui-même a été nivelé.

L’exposition de Maria Prymachenko – musée d’Histoire ethnographique Ivankiv

Maria Prymachenko était une artiste Ukrainienne autodidacte populaire ( style d’art naïf), travaillait la peinture, la broderie et la céramique. En 1966, Prymachenko a été récompensée par le prix national de Taras Shevchenko en Ukraine. L’UNESCO a déclaré que 2009 était l’année de Prymachenko. Une rue à Kyiv et une planète miroir portent son nom. Pablo Picasso a dit une fois, après avoir visité une exposition Prymachenko à Paris, « Je m’incline devant la miracle artistique de cette brillante Ukrainienne ». Elle est l’un des plus éminent symbole artistique culturel de l’Ukraine moderne.

L’exposition Maria Prymachenko à son ouverture et plus tard – en feu par l’agression Russe. Photos : Chas.News et Photo Iviv.in.ua.

Le 28 mars, le musée local d’Histoire ethnographique a été brulé par des envahisseurs russes pendant la tentative de s’emparer du village de Ivankiv. Le musée contenaient 410 œuvres, incluant la plus précieuse collection – les peintures de Prymachenko. Certaines peintures auraient été sauvées par un homme qui aurait couru à l’intérieur du bâtiment en flamme, mais le sort de la plupart des œuvres est inconnu.

La maison Tarnavskyy (gravement endommagée)

La maison Tarnavskyy avant la guerre. Photo : Wiki Communauté (habitants locaux de Chernihiv)

La maison Tarnavskyy, une partie du musée historique de Chernihiv, est un monument historique (1902) qui appartenait à Vasyl Tarnavskyy, un activiste civile et culturel, dédié à préserver la culture ukrainienne. Sa collection de manuscrits originaux (incluant ce de Taras Shevchenko), des reliques peintes et ethnographiques étaient l’unique mémoire du patrimoine ukrainien. Tarnavskyy a fait donation de sa collection au musée de Chernihiv par son testament. Le bâtiment a survécu aux bombardements durant la révolution communiste et à la Seconde Guerre Mondiale, mais n’a pas survécu aux russes en 2022.

La maison Tarnavskyy après l’attaque russe. Photo : NV.UA

Le 11 mars la maison Tarnavskyy a été frappé par l’artillerie russe et pratiquement détruite. Ses murs écroulés, ses fenêtres éclatées et les inestimables pièces du musée pulvérisés. La région de Chernihiv est une région pleine de vieilles traditions ukrainiennes, de personnages légendaires et historiques. Ce fût l’une des plus dures frappes de l’agression russe, avec 70% de la ville de Chernihiv démolie par les bombardements russes.

Le parc du mémorial de Babyn Yar (endommagé)

Le monument en mémoire des enfants exécutés par les nazis à Babyn Yar. Photo : Wiki communauté

Babyn Yar est un ravin à Kyiv où les nazis ont exécuté pas moins de 33 771 juifs (et beaucoup d’autres victimes non recensées) pendant l’occupation de Kyiv. Dans l’Ukraine indépendante, le ravin est un parc mémorial avec plusieurs monuments dédiés aux victimes des crimes nazis et aux héros de la Seconde Guerre Mondiale : le monument du Chariot Gitan pour les Roms exécutés, le monument aux enfants tués à Babyn Yar, le monument Menorah pour les juifs exécutés et tous les autres.

Le champignon de la fusée qui a explosé au-dessus du parc de Babyn Yar le 1er mars. Photo : Service de presse du musée de l’holocauste de Kyiv.

Le premier mars un tir de missile russe a frappé le territoire du parc mémorial de Babyn Yar. Le missile visait probablement la proximité de la tour TV de Kyiv. Cinq passants innocents ont été tués. Les tirs russes ont endommagé le monument du musée de l’holocauste qui était encore en construction. Le bombardement a aussi frappé le parc lui-même, qui est un site funéraire d’environ 70 à 100 000 victimes de crimes nazis.

L’Eglise de la Résurrection du Christ (gravement endommagé)

L’Eglise de la Résurrection du Christ est l’un des plus importants bâtiments religieux et architectural de la région de Chernihiv. Construite en 1800 dans le village de Lukashivka, c’était un site de culture, de communauté et d’histoire. En 1781 à cet endroit, se tenait une église en bois construite avec les fonds des villageois eux-mêmes et remplacé plus tard par ce magnifique temple de pierre.

Church of Resurrection of Christ in Lukashivka
Eglise de la Résurrection du Christ à Lukashivka, avant la guerre. Photo : Ukraina Incognita.

Les troupes russes ont occupé le village pendant leur avancé sur la région de Chernihiv. Il a été utilisé comme base des opérations, pour interroger les prisonniers et pour stocker les munitions d’explosifs. Une de ces munitions s’est déclenchée, endommageant gravement l’Eglise. Les habitants de Lukashivka ont rapporté que les soldats russes exécutaient les hommes et terrorisaient les femmes. 

Church of Resurrection of Christ after Russian aggression
Eglise de la Résurrection du Christ après l’agression russe. Photo : Le village ukrainien, Andrii Bashtovyy.

La maison Slovo (endommagée)

Le monument Slovo est une maison résidentielle localisée à Kharkiev (Slovo signifie monde en ukrainien, une référence au patrimoine littéraire de la maison). Construite à la fin des années 1920, c’était la maison de douzaine d’écrivains et poètes ukrainiens, notamment les personnages légendaires comme Ivan Bahrianyy et Mykola Bazhan. La plupart d’entre-deux, connus par la Renaissance fusillée, furent tués en 1930 par des pelotons d’exécutions soviétiques dans la forêt de Sandarmokh (le site de la Grande Terreur de Staline et des milliers d’exécutions), d’autres se suicidèrent. Le monument est un monument emblématique national protégé d’Ukraine.

La maison Slovo après avoir été frappée par des tirs russes. Photo : musées d’Ukraine.

Le 8 mars, les bombardements russes ont endommagé la façade du monument. Parce que Kharkiv (comme avec Mariupol et Chernihiv) reste la cible de tirs d’artilleries brutaux et incessants de l’armée russe, son sort, ainsi que celui de nombreux autres monuments historiques, demeurent incertain.

L’université de Kharkiv Karazin, école de sociologie (gravement endommagée)

Le principal campus universitaire de Kharkiv. Photo : Wiki communauté

L’université nationale de Kharkiv (ou université Karazin) est l’une des plus vieilles et des plus importantes universités d’Ukraine, établit en 1804. C’est une institution académique majeure avec les écoles de biologie, de lois, de physique, d’histoire, de linguistique et bien d’autres. Pendant plus de deux cents ans, elle a été l’une des emblèmes du centre culturel et scientifique d’Ukraine (aux côtés de l’académie Mohyla de Kyiv et de l’université Taras Shevchenko). C’était aussi l’histoire d’une résistance antirusse : en 195 1, 800 universitaires ont souffert de persécutions soviétiques après avoir refusés de passer leurs examens en Russie.

Département sociologique de l’université de Kharkiv après les bombardements russes. Photo : UNIAN News Agency.

Le 2 mars, l’artillerie russe a frappé le bâtiment de sociologie de l’université (construit en 1925), gravement endommagé laissé en feux. Les pompiers se sont précipités pour sauver la structure, éteindre les flammes et évacuer les personnes si nécessaire, mais les dommages étaient déjà faits.

La maison Popov Manoir (endommagée, pillée)

Maison Popov Manoir avant la guerre. Photo : Oleksandr Malyon/wikipedia

La maison Popov Manoir (aussi connue comme le château Vasylivka) est un manoir historique de style renaissance gothique (construit en 1864) qui abritait les expositions d’art local, l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale, l’ethnographie ukrainienne… Le site a été déclaré réserve protégée culturelle en 1993. Le manoir a été précédemment pillé pendant la révolution communiste et par les allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale, mais beaucoup d’œuvres ont été retrouvées plus tard.

Maison Popov manoir après l’attaque russe et les pillages Photo : Hanna Holovko

Le 7 mars les munitions russes ont frappé l’une des tours du manoir. Le 13 mars les soldats envahisseurs russes ont bombardé le bâtiment administratif, ont forcé l’entrée du manoir et pillé les œuvres. « Ils ont pris tout ce qu’ils ont pu porter, des expositions de valeurs aux fournitures de bureau, et ont détruit la plupart de ce qu’ils ne pouvaient pas prendre », dit Hanna Holovko, directrice de la réserve culturelle.

Sviatohirsk Lavra (endommagé)

Sviatohirsk Lavra avant la guerre. Photo : Wiki communauté

La sainte Montagne Lavra de la Sainte Dormition est un monastère chrétien important près de la ville de Sviatohirsk dans ma région de Donetsk. Le nom vient de la Sainte Montagne environnante (actuellement –le parc national de la Sainte Montagne). Les premières colonies de moines ont créé ce site en 1526, la construction des principales églises a débuté en 1844. De 1917 à 1930 le régime communiste a pillé le monastère, persécuté et tué beaucoup de moines, et détruit la plupart des églises. Le monastère a été restauré et rebâtit en 1992 avec l’Ukrainne indépendante.

Sviatogorsk Lavra après les bombardements russes. Photo : Lviv.in.ua

Durant l’invasion russe de l’Ukraine en 2022, le monastère a servi d’abris aux civiles contre les attaques russes. Il a été endommagé par des tirs aériens russes le 12 mars 2022, ce qui a blessé plus de 520 réfugiés dans le monastère.

Eglise de la Naissance de la Vierge Marie (gravement endommagée)

Eglise de la Vierge Marie avant la guerre. Photo : Ihor Dovbush via Facebook

L’Eglise de la Vierge Marie était parmi les plus vieilles et les mieux préservées des structures religieuses en bois d’Ukraine (construite en 1862, localisée dans le village de Viazivka, dans la région de Zhytomyr) et était un site national protégé par le gouvernement ukrainien. Les églises en bois de cette sorte sont rares à trouver dans d’aussi excellentes conditions, car les structures historiques en bois aussi célèbres sont difficiles à préserver, spécialement celles qui ont plus de 200 ans. Ce site architectural était bien entretenu par les habitants locaux et les autorités.

Eglise de la Naissance de la Vierge Marie après le bombardement russe. Photo : Ihor Dovbush

Le 7 mars, les troupes russes firent feux sur le bâtiment affligeant de graves dommages sur la structure en bois par des tirs aux mortiers. Les murs et le toit se sont effondrés, détruisant l’une des rares églises en bois d’Ukraine. Les réparations sont quasi impossibles et la reconstruction complète sera nécessaire après la fin de la guerre.

La bibliothèque Korolenko de Chernihiv (endommagée)

La bibliothèque de Korolenko de Chernihiv avant la guerre. Photo : Wiki communauté

La bibliothèque Korolenko de Chernihiv est la principale et la plus grande bibliothèque scientifique de la région de Chernihiv. Elle est devenue la bibliothèque publique de Chernihiv en 1877 et a une histoire avec la répression culturelle impériale russe, finalement fermée en 1909 pour « cache illégale de littérature » déclarée dangereuse par l’Empire russe. La bibliothèque a été brulée par les communistes en 1921, puis complètement détruite durant la Seconde Guerre Mondiale en 1941, restaurée par les autorités allemandes et de nouveau brulée par les russes en 1943. La collection de livres a été reconstituée durant la dernière période soviétique et depuis l’Ukraine indépendante et elle contient de nombreux textes rares.

Bibliothèque Korolenko après les bombardements russes. Photos : Nataliia Dubrovska/EPA, via Shutterstock

Le monument actuel est un bâtiment historique construit par l’architecte Von Gogen et l’ingénieur Afanasiev en 1913. Le 30 mars, les agresseurs russes ont bombardé la bibliothèque, endommageant les façades, le toit et explosant les fenêtres. Aucune information sur les dommages de la collection de livres n’est à ce jour valable.

Les sculptures du mémorial Kharitonenko (en danger)

Photo : Wiki communauté

Les sculptures du mémorial de la famille Kharitonenko à Sumy sont un exemple véritablement unique des œuvres d’arts irremplaçables qui sont en danger en Ukraine en raison de l’agression russe (avec plus d’une centaine de précieuses pièces du patrimoine culturel). Fabriqué par le célèbre sculpteur français Aristide Croisy en 1894, ils sont connus par beaucoup pour être parmi les plus beaux monuments funéraires du monde ; des répliques sont gardées au Louvre. D’autres œuvres de Croisy peuvent être vues à Paris et dans d’autres sites importants de France.

Photo : Wiki communauté

La région Sumy est encore (à la date du 2 avril), le site de féroces batailles, de bombardements de l’artillerie russe et de tirs russes contre les civiles et les habitants locaux. Pendant que Sumy n’était plus la cible aussi intensive que les autres villes d’Ukraine, des villages de la région ont subis des dommages par artillerie et tirs de mortiers. Des victimes civiles sont toujours sur place.

Odesa et Lviv (se préparent pour des attaques)

Les habitants de Lviv ont renforcé leurs cathédrales historiques avec des plaques de métal. Photo : BBC Ukraine

Odesa et Lviv se préparent à sauver leur patrimoine culturel de l’artillerie russe et des tirs de l’aviation. Odesa n’a pas encore été attaquée en masse, mais les troupes russes ont bloqué le port et ont déjà tiré sur la périphérie de la ville. La ville s’est préparée pour un siège, fortifiant ses cotes et armant ses citoyens. Paradoxalement, le musée des beaux-arts d’Odesa a déjà évacué les œuvres d’artistes russes importants pour les protéger de l’artillerie russe Le musée a plus de 10 000 pièces d’arts, parmi lesquelles plusieurs d’Ivan Aivazovsky, et quelques peintures de Wassyli Kandinsky, mais aussi beaucoup d’artistes russes du 19ème et 20ème siècle. Les habitants de Lviv ont aussi évacué les œuvres d’arts dans les abris, sauvegardant les monuments par des protections et des sacs de sables, et renforçant les fenêtres des églises par des plaques d’acier.

Evacuation des œuvres d’arts des musées d’Odesa et de Lviv. Photos : BBC Ukraine, Odesa musée des beaux-arts.

Pratiquement toutes les œuvres du musée national d’arts de Lviv ont été évacuées dans les abris anti bombes. Les peintures précieuses ont aussi quitté le musée national des beaux-arts d’Odesa pour être transférées dans des entrepôts souterrains. 

Mise à jour : à la fin de cet article, le 18 avril, précisement le jour du patrimoine mondial, la Russie a tiré 5 missiles sur Lviv. Les autorités locales rapportent qu’ils ont frappé des infrastructures civiles. Nous n’avons pas encore plus d’informations, mais nous avons peur que les dommages sur les monuments soient plus importants-la perte de vie humaine. 

Chacun de nous peut agi et faire entendre notre voix pour sauver le patrimoine ukrainien. Son âme souffre. Son peuple meure. Son histoire et son art sont en flammes. Racontez l’histoire ukrainienne, soutenez avec des donations, partagez sur les réseaux sociaux ou activisme.

Ne laissez pas le patrimoine ukrainien mourir en silence.

Ne laissez pas la violence triompher sur la beauté.